666
Le forum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Dépêches, infos et autres documents
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   666 Index du Forum  .::. Doc
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Sam 19 Juil - 22:49 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Pédophilie en ligne: cinq enfants secourus et 150 Canadiens arrêtés
19 juin. 2014 par La Presse Canadienne

HALIFAX – Cinq enfants de moins de 10 ans ont été secourus par la police à la suite d’une vaste opération policière qui a permis l’arrestation d’une centaine de Canadiens, dont 18 Québécois, soupçonnés d’avoir exploité sexuellement des enfants sur Internet.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a dressé le bilan de l’opération Snapshot III, jeudi à Halifax. Une opération qui s’est échelonnée sur quatre mois et qui s’est soldée par l’arrestation ou la mise sous enquête de 150 suspects.

Quarante services de police à travers le pays ont été mobilisés pour mener 167 enquêtes sur ces présumés agresseurs sexuels qui sévissaient en ligne en recueillant, possédant, partageant, diffusant ou produisant du matériel de pornographie juvénile.

Deux millions d’images et de vidéos, de même que des centaines d’ordinateurs et de disques durs ont été saisis par les autorités, a indiqué la GRC.

En conférence de presse, le sergent Michael Petrilli a révélé que des enfants en bas âge, de même que des bambins, se trouvent sur de nombreuses images saisies.

«Ce ne sont pas des images d’enfants qui prennent simplement un bain, a-t-il spécifié. Il s’agit clairement d’enfants qui sont dans une situation où ils subissent une agression sexuelle.»

Deux des enfants qui ont été secourus se trouvaient en Colombie-Britannique, alors que les trois autres étaient au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Les enquêteurs n’ont révélé que très peu d’informations sur les jeunes victimes, si ce n’est que les cinq enfants connaissaient leur agresseur présumé.

En tout, ce sont 343 accusations criminelles, qui comprennent des chefs d’agression sexuelle, leurre et possession et distribution de pornographie juvénile, qui ont été déposées contre 104 individus jusqu’à maintenant. D’autres accusations pourraient être déposées au cours des prochaines semaines.

Au Québec, les suspects ont été arrêtés à Montréal, Québec, Laval, Longueuil, Gatineau, Sherbrooke, Saint-Jean-sur-Richelieu, Saint-Hyacinthe, Granby, Durham-Sud, Maskinongé, McMasterville et Saint-Ferdinand.

Par voie de communiqué, le commissaire de la GRC, Bob Paulson, a signalé que «chaque arrestation et chaque poursuite en justice permettent de secourir des dizaines de victimes potentielles».

L’enquête, qui a été pilotée jusqu’ici par le Centre national de coordination contre l’exploitation des enfants de la GRC, pourrait prendre une tournure internationale prochainement.

«Je serais surpris s’il n’y avait aucune enquête internationale qui émergerait des arrestations effectuées ici au Canada», a laissé tomber le sergent Darren Parisien de la GRC à Saskatoon, qui a collaboré à l’enquête.

Il a indiqué que la plupart des enquêtes ont été initiées par des policiers qui tentaient d’identifier des agresseurs en ligne, plutôt que par des plaintes envoyées aux autorités.

«Nous allions simplement sur des sites publics sur Internet pour voir qui était là et très rapidement nous étions consternés de constater à quel point les gens qui possèdent ces images les distribuent sans aucune gêne», a-t-il dit.

Le sergent Parisien a ajouté que les avancées technologiques permettant aux contrevenants de détecter la présence policière représentent un défi constant pour les autorités.

La prévention joue également un rôle clé pour prévenir toute situation abusive sur Internet, a rappelé le surintendant John Bilinski, l’officier responsable du Centre canadien de police pour les enfants disparus et exploités.

«On peut changer les choses en donnant aux enfants, aux parents, aux amis et aux enseignants les moyens de lutter contre les cyberprédateurs», a-t-il déclaré.

Le porte-parole de la Sûreté du Québec, Claude Denis, invite d’ailleurs les parents à consulter avec leurs enfants le site Web du Centre canadien de protection de l’enfance, qui propose du matériel éducatif pour prévenir l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet.

L’opération Snapshot III a été précédée de deux autres phases, menées en 2012 et 2013. Les prédateurs sexuels résidant dans les Prairies canadiennes, la région atlantique et dans le nord du pays avaient alors été plus spécifiquement visés.

Les phases I et II de l’opération Snapshot avaient permis d’extirper cinq autres enfants des grippes d’exploiteurs. Cinquante-quatre suspects sévissant en ligne avaient été arrêtés et des millions d’images et de vidéos pédopornographiques avaient été saisies.




source: www.lactualité.com


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Sam 19 Juil - 22:49 (2014)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Sam 19 Juil - 23:05 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Un haut dignitaire de l'Eglise poursuivi pour pédophilie en Australie
30.06.2014 09:15
Pour la première fois en Australie, un haut dignitaire de l'Eglise catholique, l'évêque des forces armées, est poursuivi pour pédophilie. Il a démissionné, mais nie les faits.

L'évêque des forces armées australiennes, un des plus hauts dignitaires de l'Eglise catholique du pays, a démissionné après avoir été accusé d'abus sexuels sur un mineur, ont annoncé lundi les autorités religieuses. L'évêque, âgé de 68 ans, "dément catégoriquement", a précisé l'Eglise.

L'homme est le premier évêque australien à être poursuivi pour pédophilie. Il est accusé d'avoir agressé sexuellement un élève en 1969, lorsqu'il enseignait au collège Saint Benoit près de Perth (ouest), deux ans avant son ordination. La police n'a pas donné d'autres détails.
5000 auditions de victimes

Les forces de défense australiennes ont elles aussi indiqué que l'évêque n'exercerait plus ses fonctions, qu'il occupe depuis 2003, pendant toute la durée de l'enquête.

En avril 2013, l'Australie a ouvert une enquête publique sur les abus sexuels perpétrés sur des enfants placés dans des institutions religieuses, associatives ou publiques. Quelque 5000 victimes présumées sont actuellement entendues.



source : www.rts.ch


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Lun 21 Juil - 14:28 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Pédophilie :20 ans de prison pour un Britannique à Tétouan
Dernière mise à jour : 16/04/2014 à 10:00

Un Britannique soupçonné de pédophilie a été condamné, mardi, à 20 ans de prison par un tribunal de Tétouan, pour “enlèvement” et “tentatives de viol” sur mineures.

La condamnation, mardi, d'un Gallois de 59 ans à 20 ans de prison pour “enlèvement” et “tentatives de viol” sur mineures par un tribunal de Tétouan, peut réjouir les ONG's et redonne espoir dans la justice marocaine. Robert Bill a également écopé d'une amende de 100.000 dirhams, a indiqué à l'AFP le président de l'Observatoire du nord des droits de l'Homme (ONDH), Mohammed Benaïssa. Ce Britannique a plaidé non coupable et dispose de 10 jours pour faire appel.

“Nous accueillons favorablement ce verdict, car il protège les enfants et envoie un message aux pédophiles.” (Mohammed Benaïssa, président de l'ONDH.)

Reporté à plusieurs reprises, ce procès a notamment été marqué par l'évanouissement d'une des victimes dans l'enceinte du tribunal.

Robert Bill avait été arrêté en juin 2013 dans une station-service de Tétouan où des passants avaient entendu des cris d'enfant en provenance de son véhicule. Plusieurs personnes avaient encerclé la voiture, immatriculée en Espagne, et prévenu la police. Grâce à la vitesse de réaction de ces anonymes marocains, la fillette s'en était sortie indemne.

Un récidiviste enfin stoppé

Selon plusieurs ONG's, l'homme était accusé des mêmes faits sur deux autres fillettes à Tétouan et à Chefchaouen. Ancien enseignant, Robert Bill a déjà purgé une peine de prison au Pays-de-Galles, à la suite d'une condamnation en 2009 pour “tentative d'enlèvement” sur une enfant de cinq ans.

Dès sa sortie de prison, le Gallois avait cru bon de rejoindre le sud de l'Espagne et de s'installer à Ceuta, en novembre 2012, pour perpétuer ces crimes entre le Maroc et son voisin du nord. Selon certains de nos confrères, l'homme faisait l'objet d'un mandat d'arrêt émis par la police espagnole pour des faits comparables.

La société civile réclame depuis plusieurs années une plus grande sévérité contre ces criminels alors que les affaires de pédophilie pullulent. Le mois dernier, un Allemand, soupçonné d'avoir attiré par la ruse deux mineures dans sa voiture, a été arrêté par la police de Tétouan. En mai 2013, un Français de 60 ans avait été condamné à 12 ans de prison par un tribunal de Casablanca pour des actes de pédophilie.

Ce même mois, des milliers de Marocains avaient participé à une marche blanche à Casablanca pour dénoncer la pédophilie et les violences faites aux enfants à la suite de l'agression d'une fillette retrouvée dans un bain de sang après s'être longuement défendue contre son agresseur.

À l'été 2013, une grâce royale accordée par erreur à un pédophile espagnol, Daniel Galvan, avait été retirée après plusieurs jours de manifestations dans le pays. Galvan, condamné en 2011 à 30 ans de prison pour des viols sur 11 mineurs, avait toutefois eu le temps de rejoindre l'Espagne, où il continue actuellement de purger sa peine.

aufait avec AFP

commentaires :

abdou • il y a 3 mois

le type a fait le malin en declarant qu on peut tt acheter au maroc avec de l argent....ce qui est en grande partie vrai .....seulement il semble oublier que ceci n est pas une raison pour faire monter -ou plutot faire descendre -les encheres....le con il aurait pu s adherer a une association qui combat cette misere qui pousse ces quelques marocains potentiellement fiers a mettre tt en vente au premier achteur pour quelques euros....et ca il pourra peut etre le faire en 2034 si mon compte est bon...


Ba Abdou abdou • il y a 3 mois

Vous avez peu-être raison, c'est ce que vous voyez-vous avec un œil marocain d'antan ! Aujourd'hui, chez-nous, dans ce pays qui - des personnages - ne s’intéressent-ils pas au souci des pauvres citoyens qui vivent la misère dans les montagnes de l'Atlas, dans des douars où se trouve des garçons des fillettes illettrés, mariés sans savoir pourquoi. Des mamans-filltes, qui savent même pas ce que ce là veut dire ? Je pense que vous m'avez compris l'ami, et, je respecete ton point de vue?

Tom Caliban Ba Abdou • il y a 3 mois

Rien à ajouter Ba Abdou. Une fracture entre les villes et l'arrière-pays oublié que personne ne réduit.



source : aufaitmaroc.com


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Ven 25 Juil - 01:35 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Attentats : le FBI pousse-au-crime?

Un rapport pointe l’implication de l’agence américaine.

Selon un rapport de Human Rights Watch, le FBI américain aurait «encouragé, poussé et parfois même payé» des musulmans américains à commettre des attentats. Vingt-sept affaires ont été étudiées par l’organisation, aidée de l’Institut des droits de l’homme et de l’université de Colombia, et 215 personnes ont été interrogées.

Entre autres, on découvre que le gouvernement américain aurait financé et encouragé quatre hommes, «à la bouffonnerie shakespearienne» selon les mots d’un juge, à organiser une série d’attentats contre des synagogues et une base américaine. Ou encore, le cas de Rezwan Ferdaus, impliqué dans une tentative d’attentat et condamné à dix-sept ans de prison. Il aurait voulu attaquer le Pentagone avec des mini-drones bourrés d’explosifs. Le plan avait en fait été conçu en étroite collaboration avec un agent infiltré de l’agence américaine, qui avait ensuite révélé que Fredaus avait «de toute évidence» de sérieux problèmes mentaux. De la même manière, le rapport relève que dans 30% des cas, un agent infiltré a joué un rôle actif dans la tentative d’attentat.



source : Libération


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Ven 25 Juil - 11:52 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Tergnier: le père accusé de viol par sa fille écroué
Publié le 18/07/2014

Le père arrêté mardi après dénonciation de sa fille de 10 ans pour viol a été déféré devant le procureur hier. Mis en examen par la juge d’instruction, il a été placé en détention préventive à maison d’arrêt de Laon.

Alors qu’il avait au départ nié les faits, il a finalement reconnu des actes d’attouchements et de pénétration sur sa fille.

À lire dans notre édition de samedi.



source : aisnenouvelle.fr


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Ven 25 Juil - 12:00 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


L'affaire du juge de Mayotte mis en examen pour viol sera instruite à Paris
La1ere.fr (avec AFP)
Publié le 17/07/2014 | 17:48, mis à jour le 17/07/2014 | 23:56

La Cour de cassation de Saint-Denis de la Réunion a décidé que l'affaire du juge Hakim Karki, mis en examen pour viol, serait instruite à Paris, selon une source judiciaire.

"La Cour de cassation a dessaisi le juge d'instruction du tribunal de grande instance de Saint-Denis et a confié l'instruction du dossier à un juge du tribunal de grande instance de Paris", a indiqué jeudi Bruno Badré, substitut général à la cour d'appel de Saint-Denis. Cette décision a été prise "dans l'intérêt d'une bonne administration de la justice", a-t-il ajouté.

Assigné à résidence

Magistrat au tribunal de grande instance de Mamoudzou (Mayotte), Hakim Karki a été mis en examen pour viol au début du mois par trois juges d'instruction de Saint-Denis de La Réunion. Il a ensuite effectué quatre jours de détention avant d'être remis en liberté et assigné à résidence.

Hakim Karki exerçant dans une juridiction dépendant de La Réunion, c'est à la demande du procureur général de Saint-Denis que le dessaisissement a été prononcé par la Cour de cassation.

La plaignante est une jeune femme d'une trentaine d'années. Les faits présumés remontent à la nuit du 1er au 2 juillet. Après une soirée passée dans un restaurant de Mamoudzou, Hakim Karki serait rentré chez lui en compagnie de la plaignante, qui affirme que le magistrat l'a ensuite violée. M. Karki reconnaît avoir eu des relations sexuelles avec la jeune femme mais affirme qu'elles étaient consenties.

Aucune confrontation
Le procureur de Mayotte, Joël Garrigue, s'était lui-même dessaisi de l'enquête, Hakim Karki étant magistrat dans le même tribunal que lui. Les investigations ont donc été confiées au parquet de Saint-Denis de La Réunion. Le juge Karki a été transféré le 7 juillet à La Réunion, la juridiction la plus proche de Mayotte dont elle dépend.

Aucune confrontation n'a encore été organisée entre le juge et la plaignante. La jeune femme a quitté Mayotte pour la métropole le 6 juillet.
Cette situation a provoqué la colère de plusieurs avocats du barreau de Mamoudzou. Dans une motion publiée la semaine dernière, ils estiment que des "atteintes graves aux droits de la défense (ont été) perpétrées au cours de cette procédure" et regrettent "la précipitation avec laquelle la décision de déférer le magistrat a été prise, sans une enquête sérieuse et équilibrée", ainsi que "l'absence, à (leur) connaissance, de vérification de la crédibilité des propos de la plaignante".

Le juge Hakim Karki instruisait plusieurs dossiers très sensibles. Il était notamment chargé de l'instruction de l'affaire Roukia, du nom d'une jeune fille morte d'une overdose en 2011. Ce dossier à multiples rebondissements met en cause des membres des forces de l'ordre appartenant au groupe d'intervention régional (GIR) dans une affaire de trafic de drogue entre Mayotte et les Comores. Plusieurs tentatives pour dessaisir Hakim Karki de ces dossiers n'avaient pas abouti.



source : la1ere.fr


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Sam 26 Juil - 12:55 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :



Affaire Howard Gutman : aucune enquête ouverte, selon le parquet
Belga Publié le mercredi 12 juin 2013 à 13h36 - Mis à jour le mardi 23 juillet 2013 à 16h16

Faits divers

L'ambassadeur des USA à Bruxelles est pris dans un scandale sexuel

BRUXELLES Aucune enquête relative à Howard Gutman, l'ambassadeur américain en Belgique, n'est en cours, a indiqué Jean-Marc Meilleur, le porte-parole du parquet. L'ambassadeur a été accusé mardi dans la presse américaine d'avoir recours à des prostituées, parmi lesquelles des mineures. Howard Gutman a nié et déploré ces allégations.

Le tabloïd New York Post a relaté mardi le récit d'une ancienne enquêteuse du Département d'Etat américain, Aurelia Fedenisn, qui prétend que l'ex-secrétaire d'Etat Hillary Clinton aurait couvert plusieurs scandales à caractère sexuel au sein de son administration. Une enquête au sujet de M. Gutman aurait ainsi été interrompue sur injonction du sous-secrétaire d'Etat.

Si de tels faits avaient eu lieu, le parquet de Bruxelles serait compétent pour mener une enquête et en informer les autorités américaines. Le parquet fédéral ne mène aucun enquête à ce sujet non plus.

Arrivé en Belgique en 2009, Howard Gutman avait annoncé le mois passé qu'il quittera son poste le 23 juillet prochain.

© La Dernière Heure 2013



voir aussi : Les vices sexuels présumés de l'ambassadeur Gutman

source : dhnet.be


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Dim 27 Juil - 12:11 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Un trentenaire violait des enfants lors de ses voyages d'affaires
Par Jennifer Larcher, publié le 06 février 2013 à 13h57

C’est un trentenaire qui est mis en cause dans cette affaire. Selon les forces de l’ordre, il profitait de ses voyages d’affaires pour violer des enfants. C’est grâce à l’enquête de l’OCRVP que cet homme a pu être interpellé.

L’Office Central pour la répression des violences aux personnes enquêtait sur la diffusion de photos pornographiques sur un site Internet russe. Selon une source proche de l’enquête relayée par le parisien qui révèle l’information, les clichés mettaient en scène des mineurs. Ces derniers auraient donc été pris à l’étranger (Thaïlande, Malaisie et Angola). Plusieurs semaines d’investigations ont été nécessaires pour que la police identifie l’internaute qui publiait les images. Il a donc été interpellé chez ses parents et placé en garde à vue. Il est mis en examen pour viol, agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans ainsi que diffusion et détention d’images pédopornographiques. Lors de sa garde à vue, l’homme âgé de 31 ans a reconnu avoir violé un enfant et agressés sexuellement une dizaine de garçons entre 2007 et 2011.

Des vêtements et de la nourriture en échange

Les premiers éléments de l’enquête ont permis aux policiers de comprendre le procédé. L’homme voyageait pour une société basée en Angola. Il effectuait donc une multitude de déplacements en Thaïlande et en Malaisie. Les policiers ont effectué une perquisition du domicile. Ils ont ainsi eu l’opportunité de saisir une multitude de photos à caractère pédopornographique. Le matériel informatique a également été saisi.

Lors de sa garde à vue, ce trentenaire a expliqué qu’il abordait les enfants sur la plage. Ces derniers le suivaient ensuite jusqu’à sa chambre d’hôtel. En échange d’une prestation sexuelle, les fans repartaient avec de la nourriture ou des vêtements.



source : 24matins.fr


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Lun 28 Juil - 20:14 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


L'enseignement catholique au coeur de la polémique

06/01/2013 05:38

L’appel à la vigilance du ministre de l’Éducation nationale dans les établissements catholiques a été vivement dénoncé par Laurent Wauquiez.

Alors que la mobilisation autour de la manifestation contre le projet de loi sur le mariage pour tous s'organise, espérant rassembler plusieurs centaines de milliers de participants le 13 janvier prochain, la polémique enfle autour d'une déclaration du ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon.

Ce dernier, a écrit en effet aux recteurs pour les appeler à « la plus grande vigilance à l'égard des conditions du débat légitime » concernant le débat sur le mariage homosexuel dans les établissements catholiques, afin qu'il n'alimente pas l'homophobie. « Il vous appartient en effet de veiller à ce que les débats qui traversent la société française ne se traduisent pas, dans les écoles et les établissements, par des phénomènes de rejet et de stigmatisation homophobes », écrit le ministre dans ce courrier.

Neutralité ou manipulation ?

Ajoutant qu'il « convient donc d'appeler à la retenue et à la neutralité au sein de tous les établissements afin que l'école ne fasse l'objet d'aucune instrumentalisation ».
Et Vincent Peillon, au nom « du respect de principe de neutralité et de liberté de conscience de chacun » de demander aux recteurs de l'informer « au plus vite des incidents éventuels et de toute initiative contraire à ces principes ». Cet appel à la vigilance intervient un peu moins d'un mois après une lettre du secrétaire de l'enseignement catholique, Éric de Labarre, aux chefs d'établissement privés, suggérant d'y organiser des débats. Proposition qui a hérissé le ministre de l'Éducation nationale qui estime que cette lettre est « une faute » ; pour le syndicat de l'enseignement privé Fep-CFDT, cette lettre « risque plus de servir de caution à certaines opérations partisanes et sectaires qu'à la proposition de débats " éclairés ", même si elle n'appelle évidemment pas à cela ».
Les réactions à cet appel à la vigilance n'ont pas manqué. La plus remarquée étant celle du député UMP de la Haute-Loire, Laurent Wauquiez, ancien ministre de l'Enseignement supérieur de Nicolas Sarkozy. « C'est une grande manipulation politique qui cherche à culpabiliser les chrétiens et à faire croire que l'opposition au mariage homo et à l'adoption est le fait d'une minorité », s'indigne-t-il. « Au lieu d'être le projet de tolérance dont se réclament ses défenseurs, cette réforme est d'abord la réforme du rejet, du mépris et de la haine envers les religions », poursuit-il. Laurent Wauquiez, juge que « des lignes rouges ont été franchies de manière inacceptable avec l'attitude insultante de plusieurs membres du gouvernement » et que « jamais on n'aurait accepté ces propos sur l'islam et sur les juifs ».

Najat Vallaud-Belkacem dans le Loiret

Polémique dans la polémique, celle qui a opposé Christine Boutin, présidente du parti-chrétien-démocatre et la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem. La première a en effet accusé la seconde d'avoir fait la promotion du mariage homosexuel lors d'une intervention dans un collège du Loiret. Affirmant : « Alors il y aurait, selon le ministre de l'Éducation nationale, deux styles : le public c'est possible, le privé ce n'est pas possible. »

De son côté, Najat Vallaud-Belkacem a rappelé qu'elle était en charge du plan de lutte contre l'homophobie et qu'elle était à ce titre, le 15 octobre dernier, dans une classe de Fleury-lès-Aubrais. « Il m'a été posé la question de la loi sur le mariage pour tous à venir, et je me suis contentée de répondre à l'interrogation d'un élève sans aucun prosélytisme et en laissant évidemment chacun libre de son opinion », a-t-elle poursuivi. La NR du 16 octobre rapporte qu'à la question posée par la ministre : « Ça vous choque, le mariage homosexuel ? », la moitié des collégiens avait levé la main…




source : lanouvellerepublique.fr


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Lun 28 Juil - 20:18 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Corruption à la mairie de L'Haÿ : 12 mises en examen

L'enquête sur les marchés publics passés par l'ancien maire (PS), Patrick Sève est bouclée. La nouvelle municipalité vote ce soir sa constitution de partie civile.

Elsa Marnette, Quentin Laurent et Anne-Laure Abraham | 29 avril 2014, 07h00

De l'avis d'une source judiciaire, c'est un « dossier très volumineux » qui vient d'être remis au parquet de Créteil. Un juge d'instruction a rendu « il y a quelques jours » une enquête de onze tomes revenant sur cinq ans de présumés détournements de fonds publics et favoritisme en mairie de L'Haÿ-les-Roses. Les faits se seraient produits entre 2006 et 2011 et porteraient sur près de 2 M€. Des fastueux marchés de Noël au banquet des seniors, une seule et même entreprise, Yull -- et sa filiale Terroirs et Traditions -- en raflait l'organisation. Le parquet va dans les mois à venir indiquer au juge d'instruction les suites à donner à cette affaire, avant un possible procès.

Douze personnes ont pour l'instant été mises en examen. Le plus emblématique d'entre eux, l'ancien maire PS Patrick Sève, est poursuivi pour « atteinte à la liberté d'accès ou à l'égalité des candidats dans les marchés publics » et « détournement de biens publics ». On trouve également là son ancien directeur général des services Jean Gautheron qui avait été le premier à être inquiété par la justice, en mai 2011. Parmi les autres mis en examen, des membres de la famille du second soupçonnés d'avoir ouvert des comptes à son profit, et des entrepreneurs.

Les frais d'avocat ne seront pas payés par la ville

Depuis, la mairie a changé de couleur politique et le nouveau maire UMP assure qu'il « ne restera pas inactif dans ce dossier ». Vincent Jeanbrun a prévu lors du conseil municipal de ce soir de faire voter une délibération pour que la ville se constitue partie civile dans l'affaire Sève. La précédente municipalité l'avait également fait par le biais de Pierre Coilbault, alors premier adjoint.

Mais, plus important, Vincent Jeanbrun souhaite s'attaquer au financement par la ville des frais d'avocats de Patrick Sève. Le précédent conseil municipal avait fait voter la protection fonctionnelle pour Patrick Sève, qui implique que la ville prenne à sa charge les frais de défense du maire. Cette décision a été par la suite attaquée par le sous-préfet de L'Haÿ devant le tribunal administratif, lequel lui a donné raison en juillet 2013. Depuis, la ville ne paye plus les frais d'avocats de Patrick Sève, mais la mairie a fait appel de cette décision.

« C'est scandaleux que la mairie paye pour ça », s'insurge Vincent Jeanbrun, affirmant qu'il va, en tant que maire, retirer cet appel et émettre un titre de recette à l'encontre de Patrick Sève pour lui réclamer l'argent versé. Soit près de 44 000 € selon Vincent Jeanbrun. « Il n'est pas mis en examen à cause de son statut de maire mais parce qu'on le soupçonne d'être malhonnête », justifie l'actuel maire.

« La loi prévoit la protection fonctionnelle des élus dès lors que l'affaire n'a pas été jugée », estime de son côté Pierre Coilbault, qui pense qu'on « ne peut pas affirmer qu'il n'y a pas de lien entre les fonctions et les fautes supposées du maire ». « Mis en examen ne signifie pas qu'il est coupable, rappelle-t-il enfin. Mais s'il était condamné il devrait rembourser ».




source : leparisien.fr


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Mar 29 Juil - 10:05 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :



Près de 400 prêtres renvoyés en deux ans pour abus sexuel

samedi 18 janvier 2014 à 09h14

Le pape émérite Benoît XVI a destitué en 2011 et en 2012 près de 400 prêtres soupçonnés d'abus sexuels sur mineurs, selon des chiffres qu'Associated Press (AP) a pu obtenir à partir de documents du Saint-Siège.

Les chiffres pour ces deux dernières années de pontificat de Benoît XVI sont supérieurs à ceux relevés en 2008 et 2009 lorsque 171 prêtres avaient été écartés de leur fonction. C'est la première fois que des détails statistiques sont fournis quant au nombre de prêtres renvoyés par le Vatican. Jusqu'ici, le Saint-Siège ne révélait que le nombre de cas d'abus sexuels.




source : levif.be

Commentaires

Citation :


Gérard Picard | 19 janvier 2014

On voudrait aussi des imams pour sermonner les djihadistes, les salafistes, les terroristes mais jusqu'à présent on leur construit des mosquées et des centre " culturels islamistes ".

Jean-Michel FRANCOIS | 19 janvier 2014

M. PETIT, Avant de fondre sur les gosses, il y a les femmes dont c'est le métier car en l'occurrence, il s'agit de déviance criminel et le célibat n'est qu'une vulgaire et fallacieuse excuse. Par ailleurs, les virer c'est une chose, mais ne devraient-ils pas aller jusqu'au bout de leur réflexions et donc, les dénoncer à la justice des hommes. Se serait un vrai signe clair. Une vrai prise de responsabilité, ne pensez-vous pas? Ne pas le faire c'est être coauteur, car il a NON ASSISTANCE A ENFANTS EN DANGER.

Du boulot pour Mathilde? Je pense que vu les liens de notre royauté avec l'église catholique romaine, le renouveau charismatique et autres sectarisme du même acabit, elle préferera oublier que ce problème existe, tout comme l'a fait sa belle mère.

michel dupont | 18 janvier 2014

1 * ) Mai ? aux fait pourquoi oui pourquoi il ne les dénonces pas a la justice des hommes .A oui... que je suis bête il se prenne pour Dieux .Et si... ils recommences apprêt ses pas bien grave se ne sera plus du tout leurs problèmes pauvre François lui qui a hérité d, un tel fardeaux 1 * ) écriture phonétique



Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Mer 30 Juil - 10:00 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


La «corruption à bas bruit» des policiers de Vénissieux
23 avril 2014 | Par Louise Fessard

En septembre 2012, treize Lyonnais, dont sept policiers et deux délégués du procureur, étaient interpellés pour des soupçons de corruption. À l'heure des comptes, le dossier révèle une « corruption à bas bruit » de certains policiers, mais surtout la manipulation d'un des témoins sous X à l'origine de l'affaire.

Le 11 septembre 2012 à l’aube, treize Lyonnais sont interpellés pour des soupçons de corruption. Parmi eux, sept policiers de l'agglomération lyonnaise et deux délégués du procureur. Les fonctionnaires, dont quatre en poste au commissariat de Vénissieux, sont soupçonnés d’avoir rendu des services à une famille de Vénissieux, dont deux frères possédaient un casier judiciaire. C’est même le Raid, qui vient à 6 heures du matin cueillir dans sa villa de Saint-Didier-au-Mont-d’Or, l’aîné de la famille H., gérant d'une société de discount en matériel électroménager.

...



source : mediapart.fr


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Mer 30 Juil - 10:14 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Abus sexuels : nouvelle plainte contre des religieuses
mardi 11 janvier 2011 à 11h19

Une nouvelle plainte relative à des abus sexuels par des religieuses a été déposée. Un homme de 63 ans, originaire du Limbourg, a déclaré mardi dans une émission sur les ondes de Radio 1 avoir été abusé dans les années 50 par des religieuses dans l'orphelinat Sint-Vincentius à Zelem (Halen), dans la province du Limbourg.

Ce témoignage est anonyme. Après toutes ces années, cette victime présumée ose enfin s'exprimer. L'homme a officiellement porté plainte lundi auprès du parquet fédéral, qui coordonne le traitement des plaintes sur les abus sexuels au sein de l'Eglise. Les autorités judiciaires prennent cette plainte au sérieux et ont ouvert une enquête préliminaire.

La victime présumée fut placée, après la mort de son père, à 5 ans et jusqu'à ses 12 ans, dans l'orphelinat Sint-Vincentius qui aujourd'hui n'existe plus et est devenu depuis un centre de service d'aide à la jeunesse. Le plaignant affirme avoir été abusé à partir de ses 10 ans.

"Je dormais dans une chambre avec quarante autres garçons. Il y avait deux chambrettes où dormaient deux soeurs qui se servaient de nous", a témoigné l'homme. "Nous devions placer nos mains sous les couvertures entre les jambes et nous devions parvenir jusqu'à leurs seins."

Des garçons devaient se rendre nus via un couloir vers les douches où ils subissaient des attouchements de la part de soeurs. Au plus les garçons étaient âgés, au plus ils étaient appréciés des religieuses. Même les adolescents de seize ans auraient été encore victimes d'abus. Le plaignant a finalement parlé des faits à sa mère. Celle-ci s'est rendue fin des années 50 à la police, sans résultat.

Les religieuses réagissent avec stupéfaction

Les religieuses se disent profondément choquées et stupéfaites par les informations faisant état d'abus sexuels au sein de l'ancien orphelinat Stella Maris dans les années 50 et 60, affirme mardi la mère supérieure Liesbeth Perneel dans la première réaction officielle des soeurs depuis le début de la médiatisation de l'affaire.

La congrégation a transféré au parquet tous les noms des religieuses qui travaillaient ou résidaient à l'époque au sein de l'institution et espère que la vérité sera faite le plus rapidement possible.

Le parquet de Courtrai a reçu, jusqu'à présent, 3 plaintes pour des abus sexuels au Stella Maris."Nous estimons que ces faits présumés sont honteux et nous en sommes très tristes, surtout pour les victimes"", explique la soeur dans un communiqué. "Nous prenons au sérieux ces informations".

"Nous constatons toutefois qu'il y a encore beaucoup d'imprécisions sur les noms des soeurs qui ont été repris par les médias. Ces noms sont en effet différents de ceux des religieuses qui vivaient et habitaient là à cette époque. Dans tous les cas, nous voulons que la justice puisse faire pleinement son travail", ajoute-t-elle.

Des abus aussi commis par un Père dans les années 90

Dans une lettre ouverte, une ancienne résidente de l'établissement d'aide spéciale à la jeunesse Stella Maris à Courtrai dénonce des abus commis par un Père durant les années 90. "Nous avons aussi transféré cette information au parquet", insiste Me Jan Leysen, au nom de l'association West-Vlaamse Jeugdzorg.

La dame, qui préfère garder l'anonymat, n'a elle-même pas été victime de ces abus. Mais elle déclare se souvenir qu'à l'époque, le religieux venait rendre régulièrement visite aux jeunes. "Il touchait le sexe des garçons, mettait sa main dans le pantalon des mineurs d'âge", écrit-elle.

"En tant que résidents, nous nous sommes plaints aux anciennes directrice et sous-directrice. Les accompagnateurs aussi, mais en vain. La direction et le conseil d'administration n'ont pas réagi aux abus sexuels commis par leur ami. Et le pire, c'est que l'ancienne direction est toujours actuellement au conseil d'administration de Stella Maris."

Me Leysen réfute en partie ces déclarations. "Dès que l'ancien président du conseil d'administration a été mis au courant, le Père a été interdit d'accès à l'établissement dans les années 90", indique-t-il.







source : levif.be


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Mer 6 Aoû - 14:43 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Somme : le prêtre de 38 ans a abusé trois adolescents
Par Léa, publié le 18 janvier 2013 à 16h43 | modifié le 19 janvier 2013 à 10h11

Dans la Somme, à Fressenneville, un prêtre de 38 ans a été mis en examen après l'agression de trois adolescents. Cet homme a reconnu les faits, mais il a été placé sous contrôle judiciaire et le prêtre est contraint de se faire soigner.

La paroisse de Fressenneville fait la Une de la presse pour une histoire de pédophilie. Ce prêtre qui est âgé de 38 ans a reconnu avoir abusé de trois adolescents, l’un de 2004 à 2005 et les deux autres de 2010 à 2011. Il a donc été mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs par personne abusant de l’autorité conférée par sa fonction. Ce prêtre a pu être interpellé mercredi matin grâce à l’une de ses victimes. Désormais majeur, il a décidé de porter plainte contre l’homme d’Église au commissariat d’Amiens. Selon son avocat qui s’est confié à l’Agence France Presse, « il ne prend conscience que maintenant de la souffrance » engendrée par les actes. Il s’est défendu en indiquant qu’il entretenait des relations d’amitié avec les jeunes et certaines ont dérivé sexuellement.

Remis en liberté

Le prêtre a donc été mis en examen ce vendredi matin. La justice a décidé de le placer sous contrôle judiciaire strict. Le juge d’instruction et le parquet d’Amiens avaient demandé un placement immédiat en détention. Le prêtre ne peut donc pas habiter dans cette région ni être en contact avec des mineurs. La justice lui interdit également d’exercer toutes activités culturelles.

Suspendu de ses fonctions

Cet homme de 38 ans est libre, mais doit se faire soigner. Face à ces actes sur des adolescents, il risque une amende de 75 000 euros et une peine de prison de 5 ans. Ce vendredi matin, le prêtre a indiqué qu’il était soulagé que cette histoire se termine. L’évêque d’Amiens a souhaité adresser un communiqué à la presse notamment pour faire part de son émotion en indiquant que « Monsieur l’abbé Stéphane Gotoghian a été mis en examen pour des faits très graves ». Il adresse une « première pensée douloureuse » à toutes les victimes et à leurs familles. Mgr Jean-Luc Bouilleret indique également que le prêtre a été « suspendu de toute fonction liée à son ministère ».




source : 24matins.fr


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Jeu 7 Aoû - 09:37 (2014)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents Répondre en citant

Citation :


Un ex-ministre de Tony Blair soupçonné de pédophilie
Par , publié le 2 Mai 2014 à 10:35

Suite aux révélations faites par le tabloïd britannique The Mirror, l’ancien Premier ministre britannique a demandé l’ouverture d’une enquête si les faits s’avèrent être probants.

Lundi dernier, The Mirror a révélé comment un ancien responsable des services sociaux a raconté à la police britannique qu’au début des années 1980, l’ancien ministre britannique, Michael John Carroll, a effectué des visites nocturnes au sein d’un établissement spécialisé pour enfants.

Une affaire dissimulée

Des documents officiels en possession durant l’enquête menée par le tabloïd britannique ont notamment révélé que deux anciens résidents de l’établissement avaient déjà dénoncé à l’époque, une attaque d’un groupe d’hommes sur des enfants dans un appartement privé.

Or, aucune suite n’a été donnée à cette plainte. Aujourd’hui, deux anciens salariés des services sociaux sont accusés d’avoir voulu dissimuler l’affaire.

L’ouverture d’une enquête complète

Face à ces accusations graves portées contre l’un de ses anciens ministres, l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair n’a pas tardé à réagir en demandant l’ouverture d’une enquête complète, si les faits rapportés s’avèrent exacts.

Selon le communiqué rédigé par le porte-parole de Tony Blair : « Mr Blair n’a aucun souvenir de ces faits, ayant retenu son attention. »

« Bien évidemment, si ces faits sont prouvés, l’affaire doit être confiée aux autorités compétentes pour une enquête plus complète », a ajouté le communiqué.





source : directmatin.fr

Nota : remarquez qu'on nous montre une belle grande photo de Tony Blair alors qu'on nous parle de son ex-ministre...


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 14:14 (2018)    Sujet du message : Dépêches, infos et autres documents

Revenir en haut
              

   666 Index du Forum .::. Doc
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 6 sur 8
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.