666
Le forum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

La secte catholique
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   666 Index du Forum  .::. 666

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Jeu 23 Sep - 12:46 (2010)    Sujet du message : La secte catholique Répondre en citant

EDIT DU 30 OCTOBRE 2014 : NOUS VENONS DE NOUS APERCEVOIR QUE TOUTES LES IMAGES NE S'AFFICHAIENT PLUS EN RAISON, MANIFESTEMENT, D'UNE RESTRICTION DE LA PART DE L'HEBERGEUR(1). NOUS VOUS PRESENTONS NOUS SINCERES EXCUSES POUR LA GENE OCCASIONNEE. NOUS ALLONS ESSAYER DE REGLER CETTE AFFAIRE DANS LES MEILLEURS DELAIS.
(1): Nous nous permettons de rajouter que nous ne soutenons ABSOLUMENT pas cette restriction.

Suite à un article paru dans le Canard Enchaîné du mercredi 9 juin 2010 sur l'Institut des Oeuvres de Religion (IOR), nous avons effectué une recherche sur le sujet dans Google Actualités. A notre grande surprise, il n'y avait qu'un seul article traitant du sujet.



En cliquant sur le lien concerné, voici ce qui apparait sur l'écran:



Diantre ! les Voies du Ciel connaissent également des erreurs 404! Quel dommage. Le sort aurait pu s'abattre sur l'interview de Marine Le Pen répondant aux questions de Chrétienté.info, ou sur d'autres billets, comme celui dénonçant une "victimisation officielle" de l'Islam, ceux dressant un tableau diffamant à l'égard de la maçonnerie spéculative ou encore celui mensongèrement titré "Le pinard interdit, mais pas le joint".

L'un des partenaires principaux de Chrétienté-info est l'Opus Dei.



Cela n'a sans doute aucun rapport, mais on peut néanmoins soupçonner, sans trop se tromper, une relation entre ce partenariat et l'absence de toute information relative à l'IOR. Dans l'article du Canard Enchaîné, intitulé Les finances diaboliques de la banque du Vatican, on apprend que l'actuel patron de l'IOR, Ettore Gotti Tedeschi (auteur, en 2004, de L'Argent et le Paradis), est également le fondateur de la banque de l'Opus Dei, "Akros".  Les différentes raisons qui ont éveillé les soupçons de la justice italienne concernant l'IOR peuvent également expliquer notre erreur 404. Les déposants de l'IOR, bénéficiant du "secret pontifical", peuvent trafiquer en toute tranquilité. L'organisme papal ne respecte aucune règle internationale, il est absent de toute liste noire, ce qui lui permet de pouvoir refuser "systématiquement de répondre aux commissions rogatoires internationales envoyées par des magistrats étrangers". L'IOR comptait par exemple parmi ses clients le président du Conseil national des travaux publics, Angelo Balducci, incarcéré suite à une affaire de corruption. Disposant de plusieurs comptes dans d'autres banques, les transferts les plus douteux ont éveillé la vigilence de la Banca d'Italia. "Le parquet de Rome soupçonne l'IOR d'avoir servi à camoufler de nombreux délits d'escroquerie et d'évasion fiscale". Et le Canard Enchaîné, bénit soit-il, de nous rappeler certaines conivences entre le Vatican et les réseaux mafieux. Suite au crack de la Banco Ambrosiano, en 1982, l'IOR a perdu plus d'un milliard de dollars. Deux responsables de la Banco Ambrosiano l'ont payé de leur vie (Roberto Calvi, retrouvé pendu sous un pont londonien, et Michele Sindona, empoisoné après ingestion d'un café au cyanure).

Point n'est besoin de rappeler d'autres sombres histoires mêlant proches du Vatican et hommes de main des loges P2 ou GLNF-Opera... tout cela n'a aucun rapport....


D'autres articles sur l'IOR:

La banque du Vatican visée par une enquête pour blanchiment d'argent (Nouvel Obs.com)

La banque du Vatican soupçonnée d'avoir blanchi de l'argent (20 minutes.fr)

Le Vatican aurait blanchi de l'argent (20 minutes.ch)

  



Dernière édition par Admin9637 le Jeu 9 Aoû - 18:37 (2018); édité 7 fois
Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Jeu 23 Sep - 12:46 (2010)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Jeu 23 Sep - 12:48 (2010)    Sujet du message : La secte catholique Répondre en citant


Retrouvé sur la toile Surprised

Citation :


L'Institut des Oeuvres Religieuses (IOR), la "banque du Vatican", se trouve à nouveau dans le collimateur de la justice italienne (après le grand scandale financier causé par la faillite du Banco Ambrosiano en 1981), selon le quotidien de gauche "La Republica".

Comme je l'avais signalé en septembre dernier, l'IOR est depuis peu dirigépar Ettore Gotti Tedeschi (de la banque espagnole Santander), en remplacement d'Angelo Caloia.

Il faut naturellement prendre l'information avec des pincettes (ne serait-ce que parce que "La Republica" n'est pas exactement un quotidien favorable au saint-siège en général et à Benoît XVI en particulier...).

D'ailleurs, on a peine à imaginer qu'après la magistrale claque reçue au début des années 1980 par Mgr Marcinkus et les apprentis banquiers du Vatican et après les scandales politico-financiers de l'ère Sodano dont nous avons longuement parlé ici (voir la série d'articles sur les réseaux du cardinal Sodano), l'IOR se soit remis à ces petites magouilles sordides.

En tout cas, selon "La Republica", une dizaine de banques italiennes auraient utilisé l'IOR pour favoriser l'évasion fiscale d'une partie de leurs avoirs (et pas des petites sommes: il paraît que sur l'un des comptes visés, 180 millions d'euros auraient transité en 2 ans!...).

Affaire à suivre...

Source: AFP - La Croix



source: http://www.osservatore-vaticano.org/

A priori, également retrouvé l'article dont il est question dans le message précédent, mais à une curieuse adresse : http://88.191.119.132/201006052504/lior-de-nouveau-sur-la-sellette/


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Mar 21 Déc - 12:14 (2010)    Sujet du message : La secte catholique Répondre en citant

Pour rappel:

Citation :

Le fondateur de l'Opus Dei statufié et béni par Benoît XVI

LE MONDE | 15.09.05 | 14h02 | Mis à jour le 15.09.05 | 14h02

OÙ s'arrêtera l'ascension du fondateur de l'Opus Dei ? Dix ans seulement après sa mort (en 1975), Josemaria Escriva de Balaguer était béatifié par Jean Paul II. En octobre 2002, il devenait le 465e saint canonisé par le pape défunt. Son procès avait été l'un des plus expéditifs de l'histoire. Une nouvelle étape a été franchie dans un culte qui frise désormais l'idolâtrie. Une statue en marbre, de 5 m de haut, de saint Josemaria Escriva a été dressée et bénie par Benoît XVI, mercredi 14 septembre à Rome, sur la façade du transept gauche de la basilique Saint-Pierre, le plus haut lieu du catholicisme.

Le saint espagnol de l'Opus Dei est en bonne compagnie. Jean Paul II avait voulu que les niches du transept gauche soient occupées par les statues des plus grands. Le fondateur de l'Œuvre voisine désormais avec l'un des plus authentiques évangélisateurs de l'histoire chrétienne : saint Grégoire, fondateur de la première Eglise en Arménie. Plus de 150 sculptures monumentales d'apôtres et de saints décorent déjà les murs intérieurs et extérieurs de la basilique et de la célèbre colonnade. Commentant la fulgurante promotion de son prédécesseur, Mgr Javier Echeverria, actuel prélat de l'Opus Dei, a affirmé au moment de la bénédiction : "A partir d'aujourd'hui, la statue de notre saint s'incruste de façon pérenne dans la basilique Saint-Pierre."

Cette statue est l'oeuvre du sculpteur italien Romano Cosci, qui s'est mis au travail parce que saint Josemaria Escriva lui aurait miraculeusement sauvé la vie après une chute d'échafaudage. Elle représente le dévot prêtre revêtu de ses ornements sacerdotaux, les bras ouverts. Aux pieds surgissent deux anges, dont l'un présente un livre ouvert avec ce verset de l'Evangile : "Lorsque je serai élevé de terre, j'attirerai tout vers moi." Enfin ­ on ne prend jamais assez de précautions ­ les blasons pontificaux de Jean Paul II et de Benoît XVI ont été sculptés sur le socle.

La volonté de puissance et d'influence de l'Opus Dei, qui compte 80 000 membres dans le monde, tourne à la démesure. L'un de ses prêtres français, Philippe Jourdan, vient d'être nommé évêque de la petite Eglise catholique d'Estonie. Ce fut l'une des dernières nominations de Jean Paul II avant sa mort. Benoît XVI serait plus réservé que son prédécesseur à l'égard de l'Oeuvre et s'est contenté, mercredi, de bénir la statue.


Henri Tincq
Article paru dans l'édition du 16.09.05


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Sam 28 Mai - 23:55 (2011)    Sujet du message : La secte catholique Répondre en citant

Trouvé vraiment par hasard, quelques articles croisant l'affaire Bettencourt et l'Opus Dei

Mais jusqu'où ira l'affaire Bettencourt?

Woerth-Bettencourt: on achève bien les chevaux

Mediapart fasciste? Et si on parlait de L'Oréal?

test


Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Mar 8 Avr - 06:51 (2014)    Sujet du message : La secte catholique Répondre en citant

Citation :


L'Institut pour les Œuvres de Religion continuera d'exister
RV) Le Pape François a approuvé une proposition sur le futur de l’Institut pour les Œuvres de Religion, l’IOR, réaffirmant «l’importance de la mission de l’IOR pour le bien de l’Eglise catholique, du Saint-Siège et de l’Etat de la Cité du Vatican ». C’est ce qu’indique un communiqué publié ce lundi matin par la Salle de Presse du Saint-Siège.

« L’IOR, peut-on lire dans ce communiqué, continuera à servir avec attention et à fournir des services financiers spécialisés à l’Eglise Catholique dans le monde entier. Les services significatifs qui peuvent être offerts par l’Institut assistent le Saint-Père dans sa mission de pasteur universel et soutiennent en outre les institutions et les personnes qui collaborent avec lui dans son ministère ». 

Le communiqué explique que la proposition approuvée par le Pape « a été développée conjointement par les représentants de la Commission Pontificale référente sur l’IOR, par la Commission Pontificale Référente d’Etude et d’orientation sur l’organisation de la structure économique et administrative du Saint-Siège, de la Commission Cardinalice de l’IOR et du Conseil de Surveillance de l’IOR ». Elle a été présentée au Pape par le Préfet du Secrétariat pour l’Economie, le Cardinal George Pell, « avec l’accord, précise le communiqué, du Cardinal Santos Abril y Castello, président de la Commission cardinalice de l’IOR ».

« La proposition, précise encore le communiqué, a été définie sur la base d’informations sur le ‘status’ légal de l’IOR et l’efficacité de son travail, informations recueillies et présentées au Saint-Père et à son Conseil de Cardinaux par la Commission référente sur l’IOR, présidée par le Cardinal Raffaele Farina, en février 2014. »

Avec cette confirmation de la mission de l’IOR et suite à la requête du Cardinal Pell, le président du Conseil de Surveillance, Ernst von Freyberg, et le management de l’IOR « réaliseront leur projet afin d’assurer que l’IOR puisse accomplir sa mission en s’intégrant aux nouvelles structures financières du Saint-Siège et de l’Etat de la Cité du Vatican ». Le projet sera présenté au Conseil des Cardinaux du Saint-Père et au Conseil pour l’Economie. Les activités de l’IOR continueront à être sous la supervision réglementaire de l’AIF (l’Autorité d’information financière), autorité compétente dans le cadre du Saint-Siège et de l’Etat de la Cité du Vatican.

En conformité avec les Motu Proprio du 8 août 2013 et du 15 novembre 2013, et avec la loi numéro XVIII sur la transparence, la supervision et l’information financière entrée en vigueur le 8 octobre 2013, rappelle le communiqué, « on a introduit une structure légale et institutionnelle, ample et articulée, visant à organiser les activités financières à l’intérieur du Saint-Siège et de l’Etat de la Cité du Vatican ». A ce propos, le Cardinal-préfet Pell « a confirmé l’importance d’un alignement soutenable et systématique des structures légales et normatives du Saint-Siège et de l’Etat de la Cité du Vatican avec les ‘best practices’ réglementaires internationales. Une supervision réglementaire efficace et les progrès obtenus en matière de transparence, de conformité et d’efficacité à partir de 2012, et nettement améliorés en 2013, sont fondamentaux pour le futur de l’Institut ».



source: radiovaticana


Dernière édition par Admin9637 le Dim 4 Mai - 17:37 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
              

Admin9637
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 303

Message Posté le : Dim 4 Mai - 12:36 (2014)    Sujet du message : La secte catholique Répondre en citant

Citation :


[Analytical & Intelligence Comments] "THE PROFESSIONAL" system by Kryzhanovsky (White House Special Handbook).

Released on 2012-08-11 00:00 GMT

Email - ID : 5127100
Date : 2010-07-22 09:21:43

THE WHITE HOUSE SPECIAL HANDBOOK, OR HOW TO RULE THE WORLD IN THE 21ST CENTURY
by Mikhail Kryzhanovsky

ALGORA , New York. 2007

To Hillary Rodham Clinton,
Who helped me to fight CIA
Who stood by my side in a desperate attempt to prevent 9/11 tragedy.

Mikhail Kryzhanovsky was born in 1958 in Ukraine. He graduated from Chernovtsy State University and in 1983-1992 worked for KGB USSR as intelligence officer.
He moved to USA in 1995 and worked here for CIA as expert.

Nothing is impossible
if you don't have to do it yourself.

[...]

Case 5. SPECIAL.
Name: Pope John Paul II (born Karol Wojtyla).
Date of assassination attempt: May 13, 1981; shot by a gunman.
Reason: Pope's intent to investigate the illegal activity of the Vatican Bank.

On May 13, 1981 Pope John Paul II was shot and critically wounded by Mehmet Agdca, a Turkish gunman, as he entered St. Peter's Square to address the audience. Agdca was caught and sentenced to life imprisonment. In 1983 John Paul II visited the prison and spoke privately with Agdca for 20 minutes, and after that made a statement: "What we talked about will have to remain a secret between him and me. I spoke to him as a brother whom I have pardoned and who has my complete trust".

An Italian parliamentary commission, after its own investigation, concluded that the Soviet Union was behind the attempt, in retaliation for Pope's support to "Solidarity", the Polish anti-Communist workers' movement. Its report stated that the Bulgarian secret service was utilized to prevent the Soviet Union's role from being uncovered, but during his 2002 visit to Bulgaria the Pope himself declared that this country had nothing to do with the assassination attempt. Unless a lone, mad Turk picked up the gun on a whim, there was a conspiracy involved. Who was behind it, and why?

File 1. The Vatican Bank, the first partner.

The Vatican Bank (Institute for Religious Works) is the central bank of Roman Catholic Church; its CEO reports directly to a committee of cardinals and to the Pope. It's known that in the 1990s the Bank invested over $10 billion in foreign companies. In 1968, due to a change in Italian financial regulations which would have mandated more transparency; it began to appear that the Bank was laundering money for big business. (The Bank was supposed to funnel all profits directly and immediately to charity.) To prevent a public scandal Pope Paul VI enlisted Michele Sindona as papal finance advisor to sell off assets and move money overseas. Sindona had been chiefly responsible for the massive influx of money when he began processing the Gambino crime family's heroin money (taking a 50% cut) through a shell corporation "Mabusi". This was accomplished with the help of another banker, Roberto Calvi, who managed the Banco Ambrosiano. Both Sindona and Calvi where members of "Propaganda Due" (P2) Masonic Lodge and close friends to its headmaster, the neofascist Licio Gelli, who worked for Gladio (see file #3). Sindona was poisoned in 1986 in prison in Italy, and we'll talk about Calvi too, don't worry. When Pope John Paul I succeeded Pope Paul VI on August 26, 1978 he ordered Cardinal Jean Villot, papal Secretary of State and Head of papal Curia, to investigate the Vatican Bank operations. Just 33 days later, after informing Villot that he was going public with the scandal (and firing Villot, among others), John Paul I died. The official cause of death was "possibly associated to a myocardial infarction" (heart attack), though no autopsy was performed. On October 22, 1978, Karol Wojtyla, 58, was inaugurated as Pope John Paul II. The youngest pope in Roman Catholic Church history, he thought he would strengthen his position first; but the explosive situation with the Vatican Bank impelled him to act.

File 2. Banco Ambrosiano, the second partner.

The Vatican Bank was the above mentioned Banco Ambrosiano's main shareholder and knew well that its Chairman, Roberto Calvi, was funding P2. In 1981 police raided the office of P2 Grandmaster Licio Gelli and found evidence against Calvi, who was arrested and sentenced to four years in jail. However, he was released pending an appeal, and kept his position in the bank. On May 13, 1981, Pope John Paul II was shot in Rome, and survived. In 1982 it was discovered that Ambrosio Bank could not account for $1,287 billion. Calvi fled Italy on a false passport. His personal secretary, Graziella Corrocher, left a note denouncing Calvi before jumping from her office window to her death. On June 17, 1982, Calvi's body was found hanging beneath lackfriars Bridge in London. His suit was stuffed with rocks and a brick had been placed in his trousers. The British police treated his death as suicide, but after 1992 exhumation concluded it was a murder. In 2003 City of London Police reopened the investigation.

File 3. "Gladio" the third partner.

Mehmet Agdca was a member of the "Grey Wolves", an ultra-nationalist Turkish terror organization, infiltrated by "Gladio" & a CIA and NATO sponsored super-secret paramilitary terror organization in Italy with branches all over Western Europe. "Gladio" was a part of a clandestine "stay-behind" operation to counter communist influence after World War II, but like all other branches was actually never used "to resist Soviet influence or invasion".Still, the structures exist even now (what for?). "Gladio's" existence was acknowledged in 1990 by the head of the Italian government, Giulio Andreotti. Further investigations revealed links to neo-fascists, the mafia and law-breaking P2 Masonic Lodge. The following was passed on November 22, 1990.

European Parliament Resolution on the "Gladio" Affair

A. Having regard to the revelation by several European governments of the existence for 40 years of a clandestine parallel intelligence and armed operations organization in several Member States of the Community,
B. Whereas for over 40 years this organization has escaped all democratic controls and has been run by the secret services of the states concerned in collaboration with NATO,
D. Whereas in certain Member States military secret services (or uncontrolled of branches thereof) were involved in serious cases of terrorism and crime as evidenced by various judicial inquiries,
E. Whereas these organizations operated and continue to operate completely outside the law, since they are not subject to any parliamentary control and frequently those holding the highest overnment and constitutional posts are kept in the dark as to these matters,
F. Whereas the various "Gladio" organizations have at their disposal independent arsenals and military resources which give them an unknown strike potential, thereby jeopardizing the democratic structures of the countries in which they are operating or have been operating,
G. Greatly concerned by the existence of decision-making and operational bodies which are not subject to any form of democratic control and are of a completely clandestine nature at a time when greater Community cooperation in the field of security is a constant subject of discussion,
64. Condemns the clandestine creation of manipulative and operational networks and calls for a full investigation into the nature, structure, aims and all other aspects of these clandestine organizations or any splinter groups, their use for illegal interference in the internal political affairs of the countries concerned, the problem of terrorism in Europe and the possible collusion of the secret services of Member States or third countries;
65. Protests vigorously at the assumption by certain US military personnel at SHAPE and NATO of the right to encourage the establishment in Europe of a clandestine intelligence and operational network;
66. Calls on the governments of the Member States to dismantle all clandestine military and paramilitary networks;
67. Calls on the judiciaries of the countries in which the presence of such military organizations has been ascertained to elucidate fully their composition and modus operandi and to clarify any action they may have taken to destabilize the democratic structure of the Member States;
68. Requests all the Member States to take the necessary measures, if necessary by establishing parliamentary committees of inquiry, to draw up complete list of organizations active in this field, and at the same time to monitor their links with the respective state intelligence services and their links, if any, with terrorist action groups and/or other illegal practices;
69. Calls on the Council of Ministers to provide full information on the activities of these secret intelligence and operational services;
70. Calls on its competent committee to consider holding a hearing in order to clarify the role and impact of the "Gladio" organization and any similar bodies;
71. Instructs its President to forward this resolution to the Commission, the Council, the Secretary-General of NATO, the governments of the Member States and the United States Government.

By now the following code names of other "Gladio" branches are known: SDRA 8 - in Belgium ,ABSALON - in Denmark, TD BJD - in Germany ,LOK - in Greece , Stay-Behind - in Luxemburg , I&O - in Netherlands ,ROC - in Norway ,AGINTER - in Portugal , P26 - in Switzerland , Counter-Guerrilla - in Turkey , OWSGV - in Austria.

The code names of the branches in France, Finland, Spain and Sweden remain unknown. In 1996, five years after the Soviet Union collapsed, Austrian President Thomas Klestil and Chancellor ranz Vranitsky insisted that they knew nothing of the existence of the secret, illegal CIA-NATO army and they demanded that the United States launch a full-scale investigation into the violation of Austria's neutrality, which was denied by President Bill Clinton. Was Mr. Clinton covering terrorists who tried to kill the Pope?



Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 14:25 (2018)    Sujet du message : La secte catholique

Revenir en haut
              

   666 Index du Forum .::. 666
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.